La version BETA de notre plateforme est en ligne

Contactez-nous 7j/7-24h/24 à l'adresse contact@amedcine.com

Les inscriptions sont actuellement gratuites*

*Offre d'inauguration de notre plateforme

Retourner sur le site

Comprendre l'ego : cet allié que l'on voit comme un ennemi

comprendre l'ego humain


A l'ère de la quête permanente de développement personnel et de spiritualité, un concept est souvent mal interprété, mal compris, voire même diabolisé. Il s'agit de l'ego, ce compagnon inséparable qui nous suit jour après jour, pour le meilleur et pour le pire.

L'ego est souvent considéré comme un adversaire à terrasser, un ennemi à éliminer. Pourtant, cet allié, loin d'être farouche, a bien plus à nous offrir si nous prenons le temps de le comprendre.


interview François breton 

L'ego, un processus d'identification naturel

« Avoir beaucoup d'ego », qui d’entre nous n’a jamais utilisé cette expression en l’associant à des comportements narcissiques, égocentriques ou manquants d’humilité ?

L’ego résonne dans nos esprits comme la personnification de nos défauts et serait cette bête noire que l’on chercherait par tous les moyens à détruire afin de devenir une « bonne » personne telle que l'on se l'imagine. Pourtant, François Breton, conférencier, youtubeur et accompagnant en développement personnel et spirituel, nous a offert lors de son interview sur notre chaîne, une perspective plus nuancée de sa définition de l’ego et des conseils pour l’apprivoiser. 

Comprendre l'égo 
Selon lui, l’ego est un processus d'identification à notre individualité qui se forme dans l’enfance, lorsque l’enfant commence à porter un regard sur lui-même, sur sa personnalité et sur son corps. Il prend alors conscience du « moi » et se perçoit comme une entité distincte et dissociée de l’autre. De ce fait, ce processus est parfaitement naturel, normal et vital. Sans lui, nous ne saurions tout simplement pas nous définir les uns par rapport aux autres et il est, en quelque sorte, la représentation mentale de notre personnage.

En binôme avec notre corps physique, qui permet d’avoir une forme définie et délimitée dans la matière, ils forment notre interface interactive avec le monde extérieur. Pourtant, l’ego est souvent désigné coupable lorsque les traits de caractère d’une personne sont trop exacerbés. Alors, pourquoi parle-t-on souvent de « gros ego » et qu’est ce qui nous pousse inexorablement dans ce jugement de soi ou de l'autre ?

 

Différence entre mental et ego

François Breton, nous invite à repenser toutes nos croyances et nos a priori sur ce concept égotique. Nos tendances à étiqueter les choses, les personnes, les expériences et à porter des jugements, seraient inhérentes à notre mental et non pas à notre ego.

Par ailleurs, ce dernier compte une multitude d'autres fonctions comme celles d’être connecté à nos parties inconscientes et subconscientes, d’être relié à nos besoins vitaux, de nous permettre de nous déplacer dans l’espace, créer des théories, faire des projections, etc. En somme, il agirait comme un ordinateur interne qui nous permet de réfléchir, de comprendre, de conceptualiser et de faire preuve de discernement.

égo et mental 
Malheureusement, nos émotions influencent sa manière de percevoir le monde, lui faisant manquer parfois d’objectivité. De ce fait, son classement s’effectue en polarité positive ou négative et il peine souvent à nuancer son jugement, surtout lorsqu’il est teinté de frustration, de peur ou d’énervement. Son monde n’est que dualité et projections basées sur des croyances élaborées à l’aide de connaissances accumulées de par notre environnement, nos expériences ainsi que de toutes sources extérieures, qu’elles soient vraies ou fausses.

Nous ne connaissons que très peu de choses du monde qui nous entoure et le mental n’est pas ce qu'on pourrait qualifier « d’organe de connaissance » mais plutôt d’organisateur de connaissances. Par conséquent, l’ego, bien qu'étant un élément indispensable à notre fonctionnement, se retrouve bien souvent déséquilibré à cause de lui.

 

Les problématiques liées à un ego déséquilibré

Un ego déséquilibré se manifeste de différentes manières selon le domaine dans lequel la personne s’identifie : professionnel, relationnel, sociétal, spirituel, etc. On emploie régulièrement l’expression « avoir un gros ego », mais qu’est-ce que cela signifie réellement ? Prenons quelques cas de figures en exemple : 

Dans le domaine spirituel

Une personne pense comprendre des vérités et avoir accès à des informations inaccessibles pour les autres. Elle se sent très évoluée et bien supérieure à ses semblables qu’elle a tendance à juger et dévaloriser. Elle aime mettre en avant ses dons et ne se présente qu’en tant que médium.

 

Dans le domaine professionnel

Une personne a l’impression d’être incompétente et manque cruellement de confiance en elle. Elle préfère faire profil bas pour éviter les conflits et a du mal à se faire respecter par ses collègues. Elle ne se sent pas bien à ce poste mais elle a toujours rêvé de travailler dans cette boîte et partir serait pour elle un échec. Dans son esprit, c’est cela et rien d’autre.

 

Dans le domaine relationnel

Une personne trouve du réconfort auprès de personnes faisant parties d’un mouvement sectaire extrémiste. Elle fait tout ce qu’on lui demande de faire et se dépouille de tout ce qui fait d'elle qui elle est, jusqu’à même changer de prénom. Elle ne côtoie désormais plus le monde extérieur, vit dans la communauté et ne se définit plus qu'à travers elle. 

ego spirituel

La première personne a une vision très positive d’elle-même contrairement à la deuxième qui a une vision très négative. Quant à la troisième, cette dernière a abandonné son ancien moi pour adopter l'idéologie d’un groupe. Pourtant, ces trois exemples ont tous un point commun : ils décrivent des personnes qu’on qualifierait maladroitement d’avoir "un gros ego". Mais finalement, ce n’est pas leur ego qui est trop « gros », mais l’importance qu’elles accordent à leur personnage et ce, peu importe le domaine et la vision positive ou négative qu’elles en ont. Au final, l'ego n'est pas quelque chose de mauvais, mais c'est cette identification excessive et tout ce qui en découle, qui peut le devenir.

Et qu’en est-il de l’inverse ?
 
Si une personne se retrouvait complètement dépourvue d’ego, elle n’aurait tout simplement pas conscience d’elle-même et de son corps. Ce cas de figure semble impossible à atteindre volontairement, sauf en cas d’accident grave ou de pathologie lourde, car l’ego est un processus inéluctable dès lors de notre incarnation sur terre. Et même si à la naissance, l’identité de la personne commence par être définie par son sexe, ses caractéristiques physiques et son prénom, la création de son ego suivra inexorablement par la suite.

 

Alors, pourquoi nous conseille-t-on de dissoudre l’ego ?

Un ego très déséquilibré peut facilement mener à des dérives, devenir préjudiciable à soi et aux autres et générer de la souffrance. C'est pourquoi nous sommes facilement tentés de penser qu'il faut l'éliminer. Mais dû à notre incapacité à vivre sans lui, cette notion semble simplement avoir mal été interprétée et répandue.

Lorsque l’on parle de « dissoudre l’ego », il faudrait plutôt comprendre : dissoudre les liens limitants et inconscients qui nous relient à l’importance que l’on se donne à soi-même et à l'image que l'on a de soi-même. De ce fait, apprendre à équilibrer son ego et le rendre plus transparent est le meilleur moyen d'y parvenir, car dans le cas contraire, ce déséquilibre sera indéniablement un frein à notre chemin d’évolution.

François Breton

Les conseils de François Breton pour équilibrer son ego

Selon lui, il faut apprendre à se désidentifier de notre personnage et à ne pas croire ni entretenir nos croyances et nos jugements. Il nous invite à descendre dans nos constructions profondes afin de retrouver nos blessures et traumatismes cristallisés et ainsi entamer un véritable dépouillement de tout ce qui nous entrave. Car c’est en libérant toutes les parties inconscientes du soi, que nous découvrirons qui nous sommes réellement.

Il insiste également sur l’importance de décharger nos émotions, et non plus seulement de les gérer, afin d’en atténuer l’impact sur notre mental et donc sur notre ego. Et n’oublions pas de rester doux et tolérant avec nous-même pendant tout ce processus de déconstruction, car après tout, nous sommes des êtres humains en perpétuel apprentissage.

Il nous rappelle également que ce n’est pas parce que l’on ne croit pas en quelque chose, que cela n’existe pas. Nous vivons chacun dans une vision du monde selon notre propre prisme de croyances et de compréhension. Et il en est de même pour chaque individu sur cette planète. Nous ne connaissons absolument rien de l’autre et de son vécu, alors pourquoi juger ou faire des suppositions ?  Finalement, nous sommes responsables uniquement de notre propre changement.

Par ailleurs, il arrive fréquemment qu’en tentant de faire adhérer l’autre à nos croyances, nous finissons simplement par générer de la peur ou de la colère chez lui. Même avec de bonnes intentions, nous risquons de projeter nos ombres sur l’autre. « Trouver et réaliser qu’on ne peut pas changer le monde est quelque chose d’important pour trouver sa paix intérieure », nous conseillera François Breton, et « commençons par mettre du cœur dans notre regard » afin de nous voir, l’autre et nous, comme les êtres de lumière que nous sommes tous.


gérer son ego

Adopter plutôt que nier son ego

L'ego, loin d'être un adversaire farouche, est un allié précieux sur le chemin de notre épanouissement personnel et spirituel. Il est un processus d'identification naturel et nécessaire qui nous permet de nous percevoir comme des individus uniques. Plutôt que de chercher à éliminer notre ego, il est préférable de le comprendre et de l’équilibrer. Car vous l’aurez compris, nous sommes une imbrication de parties et de processus tous indispensables et indissociables les uns des autres et qui forment ensemble, l’étendue et la richesse de notre nature humaine.


1 commentaire

  • Jimmy

    Intéressant de remettre les pendules à l’heure sur ce sujet surtout avec l’égo spirituel faisant des ravages par les temps qui courent. Merci !

Laissez un commentaire

Découvrez nos articles récents